20 October 2019

Une passion, sous le signe des anneaux

Projet TINO

Le projet « Tino » est lancé. Quelques séances de transformation sont programmées. Elles visent à alléger l’auto, l’adapter au circuit, fonction de nos compétences techniques et de notre budget, et de se frotter au pilotage sur circuit, tout en se faisant plaisir.

Sympathique parrain !

Lors d’une sortie « pole mécanique », je décide de voir comment se comporte l’auto, avant transformation. Elle est encore « complète », nous n’avons pas réellement attaqué avec Thierry. Je préfère déjà le comportement, comparé au coupé 20v.

Sur le paddock, un propriétaire d’une discrète BMW série 3 e30 me demande :

  • E30 : Vous voulez faire quoi avec votre auto ?
  • Bibi :  Nous aimerions faire une auto plaisir, pour des sorties circuit et historique,
  • E30, d’un air amusé : vous voulez voir ce que ca donne 3 / 4 ans plus tard, dans cet esprit ? Prenez votre casque ! »

La E30 est équilibrée, efficace, a un freinage de fou, des montées en régime ahurissantes, bref un pur bonheur. Son sympathique propriétaire m’explique qu’au début il a amélioré le châssis et le freinage et a appris à le connaître. Une fois que sa mécanique a été fatiguée, il est passé à plus méchant. Effectivement, je crois que je n’ai jamais tourné aussi vite sur ce circuit ! Merci Mr e30 !

A notre gout… et à notre rythme !

Nous sommes début 2010. Nous attaquons notre projet à notre gout, selon notre vision, commune, de ce que doit être notre auto. Vous allez découvrir tout ceci dans les pages suivantes.

Et à force d’à force

Nous sommes au printemps 2017. L’auto a gentiment évolué, le tout avec une fiabilité incroyable : On sort l’auto de son box, on fait les niveaux, on laisse chauffer, on tartine, on rentre la bete dans son box jusqu’à la prochaine sortie, une petite révision / vidange de temps en temps, et on remet çà…. tout çà depuis 7 ans !

Pour autant, elle n’est toujours pas arceautée, n’est pas ressoudée, a toujours son moteur, son freinage et son échappement d’origine. Elle a enchainé les sorties circuit au rythme de 5 à 6 sorties par an, en moyenne de 4 séances de 20 minutes, et, parfois sur des formats plus long (passion et partage, sur 2 jours) et une journée circuit par an, plus intense.

De ramasseur de pâquerettes…

Bon, alors au début nous étions « ramasseurs de pâquerettes », nous avions un peu la trouille, pas d’expérience, on partait de loin. On a finit dans le gravier 4 ou 5 fois, on a appris a gérer nos pressions de pneu, on a affiné nos préparatifs.

A arsouilleur du dimanche !

Et tout doucement on a commencé à prendre nos repères. Des potes plus expérimentés nous expliquent les trajectoires, nous donnent des conseils, prennent le volant et nous donnent leurs avis, leurs ressentis. Et on continue d’évoluer tranquillement. Les meilleurs souvenirs sont sur le mouillé; là c’est tout simplement ENORME !

Bon, on a encore pas mal d’idées à mettre en pratique, mais nous ne sommes pas pressés. Tant que l’on prend du plaisir !

Ronchonnage

Au commencement de notre projet, on a bien demandé quelques conseils sur certains forums, on a jeté quelques idées de swap sur une base 20v turbo, on a tenté de glaner quelques astuces techniques. Je comprends peut être mal, mais en gros on nous explique que nous sommes des amateurs, et que sans un budget digne de ce nom nous n’arriverons à rien. Et puis après tout, certains ce sont cassés la tête pour arriver à un résultat, il n’y a pas de raison que cela nous tombe tout cuit dans le bec.

Dont acte ! Alors que l’on a souvent contribué, en partageant l’expérience acquise lors de la remise en état de nos UR Quattro, et que j’aimais cette idée d’échange, je suis douché. Nous sommes décidément bien loin de notre idée d’entraide et de partage des compétences…